Actualités icone rss

Droits compensateurs sur les exportations de papier

Gouvernement du Québec | Québec - Mercredi, 10 janvier 2018
 

Le gouvernement déplore la décision des États-Unis.

Le gouvernement du Québec déplore la décision du Département du commerce des États-Unis (DOC) d'imposer des droits compensateurs préliminaires sur les exportations canadiennes et québécoises de papier non couché à base de pâte thermomécanique, tels que le papier journal et les papiers d'impression. Les taux des droits compensateurs annoncés sont :

Pourcentage des droits imposés aux papetières canadiennes

  • Produits forestiers Résolu : 4,42 %
  • Kruger : 9,93 %
  • Papiers White Birch : 0,65 %
  • Catalyst Paper Corporation : 6,09 %
  • Autres producteurs et exportateurs : 6,53 %

Rappelons que le 10 août 2017, l'entreprise américaine North Pacific Paper Company (NORPAC) a déposé une plainte visant l'industrie canadienne du papier auprès du DOC. NORPAC souhaitait l'imposition de droits compensateurs et antidumping sur le papier non couché mécanique importé du Canada. L'entreprise a fait valoir que les papetières canadiennes sont soutenues par les gouvernements et vendent leurs produits aux États-Unis à un prix inférieur à la valeur du marché. À cet effet, le DOC a donc lancé une enquête le 30 août 2017. Dans le cadre de celle-ci, quatre entreprises représentent l'industrie canadienne, soit Produits forestiers Résolu, Kruger, Papiers White Birch et Catalyst Paper Corporation.

La vice-première ministre, ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, Mme Dominique Anglade, et le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, ministre responsable de la région de l'Abitibi-Témiscamingue et ministre responsable de la région du Nord-du-Québec, M. Luc Blanchette, jugent ces droits compensateurs déraisonnables.

Citations

« Cette décision nous déçoit énormément. Nous sommes très actifs dans ce dossier et poursuivons nos efforts, de concert avec l'industrie et le gouvernement fédéral, pour défendre notre industrie, nos travailleurs et nos communautés devant le Département du commerce des États-Unis et, si nécessaire, les instances internationales comme celles prévues à l'Accord de libre-échange nord-américain et à l'Organisation mondiale du commerce. L'industrie des pâtes et papiers est un secteur majeur de notre économie et le Québec doit préserver sa compétitivité. Le Québec est responsable d'environ 50 % des exportations canadiennes de ces types de papier vers les États-Unis. Plus de 2 000 travailleurs, répartis dans dix usines, seront potentiellement touchés par cette nouvelle action de l'industrie américaine. »

  • Dominique Anglade, vice-première ministre, ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique

« Comme il l'a fait pour les conflits sur le bois d'œuvre et le papier surcalandré, le Québec prendra les mesures nécessaires pour défendre et soutenir les entreprises concernées, en concertation avec le gouvernement fédéral. Le gouvernement du Québec respecte les règles du commerce international. Nous prenons nos responsabilités afin de protéger les travailleurs et leur famille ainsi que les communautés locales qui pourraient être touchées par ce conflit commercial. »

  • Luc Blanchette, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, ministre responsable de la région de l'Abitibi-Témiscamingue et ministre responsable de la région du Nord-du-Québec

Faits saillants

  • Les usines produisant les papiers visés par la pétition de NORPAC sont Produits forestiers Résolu (Alma, Amos, Baie-Comeau, Clermont et Gatineau), Kruger (Bromptonville et Trois-Rivières) et Papiers White Birch (Gatineau, Québec et Rivière-du-Loup).
  • Les exportations québécoises de papier non couché mécanique à destination des États-Unis représentent annuellement plus de 1 milliard de dollars.
  • Le Canada est le plus important exportateur de papier journal dans le monde.
  • Le mandat de M. Raymond Chrétien, négociateur en chef du Québec dans le dossier du bois d'œuvre résineux, a été élargi afin d'inclure ce nouveau litige.

Chroniques

Ressources humaines Certificats médicaux : le droit de l'employeur d'être informé

Par Me Alexis Paquette-Trudeau, Avocat, MBA et CRHA au sein de l'équipe de droit du travail et de l'emploi du cabinet Dunton Rainville